DMLA : « Que ton aliment soit ta médecine »

2 juillet 2021

La Dégénérescence Maculaire Liée à L’Age est la première cause de handicap visuel pour les plus de 50 ans dans les pays industrialisés.

Cette maladie dégénérative chronique affecte la partie centrale de la rétine dite « macula ».

On distingue deux formes de la maladie :

La « DMLA atrophique » ou sèche qui présente un amincissement anormal de la macula. L’altération de la vue est lente et progressive. Il n’existe aucun traitement pour cette forme de la maladie.

La « DMLA exsudative » ou humide qui présente un développement anormal de petits vaisseaux poreux au sein de la macula. Ces vaisseaux laissent échapper de petites quantités de sang ou sérum dans la rétine, troublant et amenuisant alors la vision. Cette forme de la maladie bénéficie de traitements mais son évolution est rapide et nécessite une prise en charge sans tarder.

La DMLA peut être uni ou bilatérale et on peut observer des formes mixtes de la maladie (chaque œil développant une des deux formes de la maladie).

Les facteurs de risques liés à la DMLA sont à la fois génétiques, l’âge et le tabagisme.

Il semblerait toutefois qu’une étude récente apporte de l’espoir : L’INSERM en collaboration avec le centre de recherche bordelais Population Health ont démontré qu’un régime alimentaire de type dit « méditerranéen » riche en caroténoïdes circulants permettrait de ralentir la progression de la maladie voire prévenir / retarder son apparition.

Que sont ces « caroténoïdes » ? Des pigments protecteurs de la rétine, dont notamment la lutéine et la zéaxanthine que l’on retrouve dans les fruits jaunes-orangés comme les agrumes, carottes, tomates ou encore les légumes à feuillage vert comme les choux, blettes, salade et autres épinards.

Le corps ne produit pas ces pigments, ils proviennent uniquement de notre apport alimentaire et on les retrouve en grande quantité dans la rétine où leur rôle sur la préservation fonctionnelle de la vue est maintenant avéré.

L’étude ( nommée ALIENOR ) menée par l’équipe de la chercheuse Benédicte Merle de l’INSERM a analysé les prélèvements sanguins d’un groupe de 609 participants agés en moyenne de 73 ans. Elle a été menée de 2006 à 2008 et démontre qu’une concentration plus élevée de caroténoïdes dans le plasma , réduit de 37% le risque de développer une forme avancée de DMLA.

 « Si on veut aller un peu plus loin, l’alimentation la plus bénéfique pour prévenir la DMLA serait un régime de type méditerranéen, riche en fruits et légumes et qui apporte assez d’oméga 3 grâce aux poissons gras », souligne Bénédicte Merle, auteure de l’étude.

Une autre étude, toujours portée par l’INSERM met quant à elle en exergue l’incidence de la consommation d’Oméga 3 dans la prévention de cette maladie. Le poisson, l’avocat, les oléagineux comme les noix,  les graines, sont donc eux aussi à inclure dans le cadre d’une alimentation équilibrée.

Ainsi comme l’a dit Hippocrate en 400 avant JC : « Que ton aliment soit ta médecine »

La guerre des boutons est déclarée !

23 juin 2021

Depuis quelques jours vous vous grattez frénétiquement ? Avez vu des doses apparaître ici et là sur votre corps?

Un peu partout sur le département des Ardennes, tout comme sur l’ensemble de la région Grand-Est, des milliers de personnes se plaignent ces derniers jours de démangeaisons et petites irruptions cutanées.

L’Agence Régionale de santé a émis une note d’information expliquant que vous souffrez très certainement d’une réaction allergique  ou allergie aux poils de chenilles processionnaires du chêne.

Ces petites bestioles sont couvertes d’un duvet particulièrement urticant qui se détache facilement et vole dans l’air. Ainsi, sans même vous trouver à proximité immédiate d’un nid, vous pouvez voir votre épiderme rougit et ressentir l’envie irrépressible de vous gratter.

« Avec les fortes chaleurs, elles sortent du sous-bois. Leurs poils sont transportés par le vent, comme un pissenlit. Cela donne de l’urticaire« , indique le service Dermatologie du CHU de Nancy.

C’est la protéine urticante – la « thaumétopoéine » – contenue dans les poils microscopiques volatiles de la chenille qui déclenche la réaction cutanée.

Pour la plupart d’entre nous la réaction allergique sera dite « de contact » et sans autres conséquences que de l’irritation cutanée, des démangeaisons, une éruption de petits boutons, ou encore une toux voir un mal de gorge.

Pour toute personne allergique, alors on peut craindre des effets plus lourds comme un réel urticaire entraînant un choc anaphylactique qui demande une prise en charge médicale immédiate.

N’hésitez pas à consulter votre pharmacien en cas de symptômes légers et votre médecin au moindre signe d’alerte.

Bien vieillir sans frontières

18 juin 2021

 

 

Bien Vieillir Sans Frontières

Retour sur un colloque rassemblant des acteurs franco-belges

 

Hier Jeudi 17 Juin 2021  se tenait à Nismes (Belgique) une journée de clôture pour le projet transfrontalier OS3PG : comprenez Offre de Soins et Parcours du Patient Psychogériatrique. Un micro projet INTERREG-V porté par Le Centre Hospitalier Bélair de Charleville-Mézières et par la Province de Namur.

Les problèmes psychosociaux et psychiatriques des personnes âgées posent de multiples questions aux intervenants du soin et de l’accompagnement qui se sentent parfois démunis face à des situations ou des comportements inattendus que ce soit au domicile du patient ou dans un lieu d’hébergement comme une maison de repos ou un EHPAD.

Au programme du jour, une très rafraîchissante intervention du professeur Stéphane ADAM de l’Université de Liège, chef de l’Unité de Psychologie de la Sénescence qui nous a passionné par son analyse sur les a-priori attachés aux personnes âgées, notre comportement face à la sénescence , les injonctions sociétales sur la stimulation intensive dans l’espoir de ralentir le déclin cognitif, les modes d’évaluation gériatrique… Il nous a imposé le questionnement personnel sur notre pratique en tant que professionnel de l’accompagnement ou des soins auprès des personnes âgées, mais aussi mis en lumière le très certain besoin pour tous de se former et de baser la pratique sur des études récentes.

Ainsi, la formation continue et l’échange de pratiques entre professionnels de santé et intervenants sociaux auront certainement été les fils conducteurs de la journée.

Que ce soit, à travers le témoignage de l’équipe du Docteur Martin du Centre Hospitalier BelAir avec la revue du cas spécifique d’une patiente. Nous avons ouvert les yeux sur la complexité de la prise en charge en psychogériatrie. Nous avons entrevu le cheminement – parfois chaotique- du patient dans son parcours pour arriver à l’acceptation des soins. Nous avons aussi pris conscience de toutes les interrogations du personnel soignant et les positions parfois antagonistes au sein de l’équipe sur les modes de prise en charge.

Plus tard, lors de la table ronde réunissant plusieurs professionnels et politiques ( ARS, Conseil départemental , AVIQ, IRTS,  HEPN) impliqués dans le domaine de la santé : nous avons pris conscience de la place beaucoup trop mince de la formation sur le grand âge en général au sein du cursus des professionnels qui gravitent dans le secteur de la gériatrie. D’où nécessité d’une amélioration de la formation initiale et de l’intensification de la formation continue.

Pour conclure , l’intérêt du travail transfrontalier sur le sujet est manifeste. Cela aura permis des échanges en terme de pratiques ; ainsi qu’une valorisation des soignants et aidants.

Une journée belle et riche d’enseignements !

Connaissez-vous le portail national d’information pour les personnes âgées ?

31 mai 2021

Depuis 2015, le gouvernement a mis en ligne un portail  internet dédié aux personnes âgées en perte d’autonomie (ou leurs proches) cherchant des informations sur les aides envisageables, les offres de services et les établissements qui répondent aux problématiques de la perte d’autonomie.

le site https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/

Son but ? informer de façon claire et pédagogique !

Le portail facilite l’accès à une information de référence et de qualité, facile à comprendre,  sur l’aide à l’autonomie, centrée sur les besoins des personnes.

N’hésitez pas à aller le consulter.

L’équipe COSERDO est aussi là, à votre écoute pour répondre à toutes vos questions relatives à votre retour ( ou celui d’un proche) à domicile suite à une hospitalisation en Belgique. Vous pouvez nous joindre au 06.07.91.76.26 du lundi au vendredi de 10h à 16h.

Nous intervenons sur le département des Ardennes.

 

Nous vieillirons ensemble !

27 mai 2021

Luc Broussy missionné par le gouvernement français a rendu ce jour son rapport intitulé « Nous vieillirons ensemble » comprenant 80 mesures  pour accompagner le vieillissement de la population dans les années à venir.

La population des plus de 75 ans est en effet amenée à augmenter de 47% dans les prochaines années.

L’auteur met en exergue le fait que ce rapport soit un « pacte entre les générations ».

Luc Broussy  : <<Cela veut dire préparer notre société à une part croissante de personnes âgées. On n’a pas à craindre cette évolution. On la souhaite tous. On a tous envie de vivre le plus longtemps possible, à condition que ce soit dans de bonnes conditions. J’ai essayé en quelques pages d’expliquer comment la société devait adapter ses logements, sa ville, son habitat, son urbanisme, ses transports, ses mobilités, ses territoires, pour que demain, ce vieillissement se fasse de manière harmonieuse.>> ( source : France Info )

Le rapport accessible ici, fait des propositions sur le bien vivre ensemble et une meilleure intégration de la population âgée ; met en lumière une série de mesures préventives qui pourraient permettre de retarder voir empêcher la très grande dépendance.

Avec le dispositif COSERDO, nous mobilisons et coordonnons chaque jour tous les acteurs du territoire ardennais spécialisés dans l’aide et la prise en charge des besoins des patients suite à une hospitalisation.

A ce titre, nous sommes pleinement conscients des enjeux à venir des mesures de prévention et de prise en charge de la dépendance.

 

 

 

MARS BLEU !

9 mars 2021

Un mois pour sensibiliser contre le cancer colorectal.

Avec le dépistage précoce, on peut guérir 9 cas sur 10.

N’hésitez pas à en parler avec votre médecin.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site de l’institut national du cancer.

Flash info !

4 janvier 2021

La MGEN (Mutuelle Générale de l’Éducation nationale) et la CSD (Centrale de services à domicile) sont des partenaires du projet Interreg « Senior Activ ».

Venez vite découvrir le site internet « Senior Activ » :

https://www.senioractiv.eu/fr/ 

COVID-19

13 novembre 2020

Protégeons-nous, adoptons les gestes barrières contre la COVID-19

Restez prudents !

coronavirus_mesures_barrieres

Source de l’affiche : site du gouvernement